Des nouvelles du Portugal

 

La période de pandémie que nous vivons est venue restreindre notre liberté, nous oblige à nous tenir éloignés les uns des autres, à limiter nos contacts sociaux et notre communication avec les autres et, par voie de conséquence, les réunions des équipes diocésaines et les réunions nationales habituelles : retraite (en mars), réunion nationale (en mai) et assemblée générale (en septembre) n’ont pu avoir lieu.

En dépit de cet isolement, nous sommes restés en contact avec les coordinateurs diocésains, par courriel et par téléphone, pour les assurer de notre amitié et de notre union avec les différentes équipes, dans la prière et la lecture des Évangiles. Pour cultiver cette spiritualité, nous avons publié des textes pour les personnes âgées, du Pape François, du Cardinal D. José Tolentino et d’autres encore.

Le 1er octobre dernier, pour commémorer la journée internationale des personnes âgées et des Mouvements de Vie Montante, nous nous sommes réunis pour une réflexion sur le livre de D. José Tolentino « Qu’est-ce que l’amour d’un pays, la puissance de l’espérance ».

De cette réflexion, il est ressorti que la pandémie est un moment favorable pour être plus humains et plus solidaires, pour rechercher le sens de la vie et pour réfléchir à ce que sera notre vie après la pandémie.

En réponse à cette question, il a été souligné qu’il existe deux axiomes dans les sciences humaines : le premier, l’axiome de Quarenteli, un sociologue nord-américain, spécialisé dans l’étude de la réponse à des catastrophes, qui conclut que les catastrophes génèrent plus de coopération que de conflits, que les peuples comme jamais auparavant, démocratisent la vie sociale et renforcent leur identité commune.

Le deuxième axiome, de Cyrulnik, un neuropsychiatre Français, dit que le traumatisme causé par la pandémie n’est pas irréversible, mais qu’il est réparable comme cela arrive aux matériaux métalliques résistants (capacité du matériau à résister aux chocs sans être brisé), que nous, êtres humains une fois blessés, ne perdons pas complètement confiance dans la vie, mais nous sommes aptes à récupérer et à passer à une nouvelle étape de la vie.

En résumé, les pandémies génèrent plus de coopération que de conflits, rapprochent les gens plus que jamais et renforcent l’identité commune.

Afin d’approfondir notre vie spirituelle au temps de Noël et de surmonter la solitude, nous prévoyons de nous rencontrer le 19 décembre prochain pour une réflexion sur l’Avent.

Nous vous souhaitons un joyeux Noël et souhaitons que la pandémie soit surmontée pour la nouvelle année 2021.

Le président de Vie Montante Portugal

Leonardo Antão