Re-démarrez en toute confiance


Après des mois d'enfermement à ne pas pouvoir partager nos vies avec les personnes qui nous sont chères, après un Carême sans rencontres, une Semaine Sainte sans étapes, une Pâque sans alléluia et une fin d’année sans rien, l'été est enfin arrivé. Un temps de retrouvailles, une occasion de reprendre balades et voyages - non sans limites - et une période propice pour partager et évoquer ces cauchemars que nous souhaitons tous voir appartenir au passé.

Quelques nuages ​​sombres subsistent dans le ciel bleu de l'été, des doutes et des peurs qui ne se sont tout simplement pas dissipés :

Pourrons-nous nous réunir normalement au cours de cette nouvelle année qui commence ?
Pourrons-nous rencontrer ceux dont nous avons tant rêvé pendant l'isolement - même en sachant que beaucoup d'entre nous ne se retrouveront qu'au paradis, parce que le virus les aura emportés - ? À quoi ressemblera cette « nouvelle normalité » dans notre mouvement bien-aimé de Vie Montante ? Et s'il y avait des reprises de la maladie cet automne ?

Trop de choses nous occupent, nous inquiètent et nous enlèvent la sérénité que nous pensions avoir acquise au fil des années.

"N'ayez pas peur de ce qui tue  le corps, mais qui ne peut tuer l'âme" (Mt 10, 28).
Nous avons le sentiment que tout le monde s'est tellement préoccupé des personnes âgées, pour qu’elles ne se contaminent pas , qu'elles s'isolent et n'entrent en contact avec rien qui puisse nuire à leur santé, que nous sommes face au danger de vivre ce que certains spécialistes ont appelé le «syndrome de la cabine»: «Avant, je sortais peu, seulement les courses, la messe et Vie Montante, mais maintenant je ne sors plus du tout, mes enfants ou mes petits-enfants m'apportent ce dont j'ai besoin. Ils le déposent à la porte, je suis la messe à la télévision et je maintiens une relation avec mes amis du mouvement grâce à mon téléphone portable. En quoi cela nous ressemble-t-il ? »

Nous devons remercier infiniment ceux qui ont veillé à ce que nous nous portions bien, et c'est pourquoi ils nous ont tant protégés, mais la peur de ce qui pourrait advenir ne doit pas nous paralyser.

Nous devons retrouver le rêve, l'espoir et la joie de nous rencontrer.


Nous le ferons avec toutes les mesures nécessaires, avec des masques, en gardant les distances et en plein air si nécessaire et possible, mais il faut commencer l'année en beauté, avec les célébrations que l'on n'a pas pu faire pour finir la précédente, avec la joie des retrouvailles avec nos frères, sachant que là où nous sommes deux ou trois en Son nom, Il est là au milieu de nous ...

Il est vrai qu'il n'est peut-être pas encore sage de faire de grandes manifestations
interdiocésaines, mais en tant qu’aumônier diocésain, je suis prêt à me déplacer partout où vous m’appellerez pour continuer à encourager, à accompagner et à former tous les chers amis de Vida Ascendente, pas en grands groupes mais en en petites communautés, comme les apôtres l'ont fait avec les premières communautés chrétiennes.


Trois expressions qu’il nous faut garder en mémoire pour démarrer une nouvelle année : que personne ne soit sans espoir, que personne ne soit sans rêve, que personne ne soit seul…
Ayez beaucoup de courage et que Jésus continue de prendre soin de nous.


José Ignacio Figueroa

Aumônier National (Espagne)