Nouvelles d’Uruguay

 

En raison de la pandémie, les 10 groupes qui ont été constitués en Uruguay n’ont pas été en mesure de commencer leurs activités et ne devraient pas être en mesure de le faire tout au long de 2021.  

Nous avons reçu des nouvelles de la dissolution de certains groupes. D’autres ne peuvent pas utiliser les applications WhatsApp ou Zoom, un seul groupe s’est réuni via WhatsApp. Ce groupe a tenu des réunions du début de la quarantaine au milieu de l’année, jusqu’au début décembre.   Bien qu’il soit probablement le groupe le moins dynamique sur le plan économique, il a continué à apporter sa contribution à la vie du groupe et du Mouvement.

L’Uruguay a subi une augmentation drastique du nombre de cas de Covid 19, en partie à cause de l’excès de confiance et en partie à cause d’une mauvaise gestion de la pandémie par le gouvernement qui, avec une attitude orgueilleuse, ne prête pas attention à son ministre de la Santé. Celui-ci peut ne pas avoir une idéologie très bonne, mais c’est un bon scientifique. En attendant, les mesures prises par le gouvernement nous appauvrissent d’une manière vertigineuse. En 10 mois, de nombreuses personnes ont perdu leur emploi et n’ont plus de salaire. Cela touche les travailleurs, les retraités et les pensionnés.

Cela concerne l'aspect économique, sans parler d'autres aspects.  

Pour cette raison, les maigres économies de Vie Montante en Uruguay ont diminué et il n’est pas possible de percevoir les cotisations. Nous vous demandons de remettre notre cotisation pour 2021 ou d’attendre une amélioration de la situation. Deux personnes ont la signature pour pouvoir retirer de l’argent de la banque, l’une d’entre elles est décédée et maintenant nous n’avons plus qu’une seule signature, alors cela pose un problème. Il nous reste à peine 500 $.

Vraiment la situation est chaotique, mais, Dieu merci, avec le trésorier et une femme membre de Vie Montante dans une paroisse de Montevideo nous nous rencontrons à travers Zoom.  Ils me soutiennent et essaient de m’encourager pour continuer à maintenir le Mouvement.

Je ne me plains pas, je décris la réalité. Nous apprécions ce que nous apprenons et demandons à Dieu de nous aider à redynamiser le Mouvement après la crise. Alors tout sera différent.

Mes frères, nous prions aussi pour vous, nous savons que vous partagez aussi les souffrances causées par cette pandémie.

Une grande étreinte dans Notre Seigneur. Je vous souhaite une année 2021 pleine de bénédictions. Nous vous aimons,

Susana Tito, vice-présidente du Mouvement en Uruguay.