La plus grande passion de Dieu – l’amour de l’homme

L'expérience chrétienne du Carême est dominée cette année par la lutte mondiale contre la pandémie du coronavirus. Le combat continue. Combien de choses ont changé dans notre vie de tous les jours! J'écris ces lignes pendant la période de préparation des fidèles de l'Église catholique à la célébration de la Semaine Sainte, qui culminera à Pâques. Le dimanche des Rameaux est proche. Pour des raisons de santé publique, les portes des églises ont été fermées et, malheureusement, le resteront pour la Semaine sainte. Les plus grands mystères de la foi chrétienne seront célébrés par des prêtres en dehors de notre présence. De plus, l’expérience d’une communauté vivante sera remplacée par une prière commune dans la maison familiale, entre voisins ou amis. Nous acceptons humblement cette exigence d'isolement temporaire loin des autres. C'est comme si la nuit et le silence s’étaient abattus sur nous. C’est ainsi qu’est notre expérience historique actuelle : Secret du mal ou Signe des temps?

Le dimanche des Rameaux, la Passion de notre Seigneur Jésus-Christ a été lue dans toutes les églises du monde. L'Évangile de Saint Matthieu, nous fera revivre les événements décrivant les derniers moments de la vie terrestre de notre Seigneur Jésus-Christ. Nous sommes revenus en pensée et dans nos cœurs sur l'institution de l'Eucharistie, le baiser de Judas, le jugement injuste, le choix de Barabbas, le déni de Pierre, et surtout la passion et la mort du Maître de Nazareth. Si l'expérience historique actuelle doit devenir un signe des temps pour nous croyants, alors nous devons l’inscrire dans la passion du Christ. Une bonne interprétation de la Parole de Dieu nous amène à une nouvelle compréhension de nous-mêmes et de la situation que nous vivons.

Le titre d'un livre de Claude Geffé, théologien français, me vient à l'esprit. Il a donné à un recueil d’homélies et de réflexions le titre suivant: "Passion de l’homme, passion de Dieu". Ces mots contiennent la vérité fondamentale du christianisme. Nous pouvons méditer sur sa nature salvatrice en particulier pendant la Semaine Sainte : la souffrance de l'homme devient aussi la souffrance de Dieu, qui en Jésus-Christ "s'est dépouillé lui-même, en prenant une forme de serviteur, en devenant semblable aux hommes et ayant paru comme un simple homme, il s'est humilié lui-même, se rendant obéissant jusqu'à la mort, même jusqu'à la mort sur la croix" (Phil 2: 7-8). Je dois admettre qu'au moment où le coronavirus fait rage, tout le monde ne trouvera pas facilement une étincelle d'espoir dans ce qui précède. La souffrance, la maladie, la mort dans un certain sens accablent toujours l’homme. Or le mot «passion» a également une autre signification, plus importante. La passion exprime à la fois l'amour pour l'homme et l’amour de l'homme pour différents centres d’intérêts. Nous réalisons de nombreuses tâches avec passion ! Dans la vie religieuse, la passion détermine notre relation d’amour avec Dieu. Regardons avec passion le visage meurtri du Christ crucifié pour découvrir l'amour de Dieu pour chacun de nous, en premier lieu pour les personnes affectées par le malheur. La Croix - en tant que signe du salut - restera toujours une révélation (épiphanie) de l'amour absolu de Dieu pour l'homme. Car un Dieu aimant est mort de douleur au Golgotha ​​afin qu’en «toutes langues soit proclamé que Jésus-Christ est Seigneur - pour la gloire de Dieu le Père" (Phil 2:11).

Cette vérité sur la "double passion" : Dieu pour l'homme, et inversement – acceptons-la avec humilité et joie. Nous sommes aimés et nous pouvons aimer les autres. Convertissons cette capacité en œuvres de miséricorde. Lorsque nous découvrons le "signe des temps" dans le virus mortel, souvenons-nous de nos proches, frères et sœurs et de ceux qui en ont le plus besoin. Peut-être que beaucoup d'entre eux sont confrontés à l’abandon, à la solitude et même à la peur et au désespoir. Apportons-leur un soutien spirituel et si possible matériel. Confions les personnes infectées à la Miséricorde Divine, soutenons par la prière le personnel médical et les bénévoles, ainsi que les dirigeants, afin que par la puissance de l'Esprit de Dieu, ils prennent des décisions pour le bien commun. Enfin, prions pour les morts tragiques de ces dernières semaines.

Après le silence du Vendredi Saint et du Samedi Saint, il y aura un matin joyeux, le troisième jour. La lumière du soleil levant vaincra l'obscurité. Tôt le matin, le dimanche de Pâques, le Seigneur ressuscité nous rappellera à nouveau que la plus grande passion de Dieu est son amour pour l'homme!     

Père Roman Chromy

Conseiller spirituel de la Coordination Europe de VMI