Que peuvent faire les grands-parents pour transmettre la foi aux petits-enfants ?

 

C'est une question que les personnes âgées se posent souvent lorsque leurs enfants, devenus parents et qu'ils ont été baptisés et initiés à la foi catholique, ne transmettent pas ces enseignements à leurs petits-enfants.

Derrière cet acte se cache généralement - parmi de nombreux autres facteurs - l'échec personnel des enfants à franchir le pas d'une foi enfantine à une foi adulte - assumée, intériorisée et mûrie - qui a probablement percé à un moment donné en eux, mais qui actuellement est endormie.

Il semble donc nécessaire et souhaitable que, pendant que les enfants, s’interrogent sur leurs propres convictions, les grands-parents interviennent dans ce processus éducatif si important pour le bon développement de la personnalité de leurs petits-enfants et leur bonheur futur. Mais comment le faire sans que cela soit considéré comme une ingérence par leurs enfants?

Il est impératif que chacun trouve la réponse la plus appropriée à son cas particulier, étudie la meilleure façon de le faire et, si nécessaire, demande l'aide d'une personne apte à conseiller. Cependant, les points suivants semblent nécessaires :

a) Tout d'abord, les grands-parents doivent faire preuve de cohérence entre leur foi et leur vie, c'est-à-dire entre ce qu'ils disent et ce qu’ils font.

b) Aujourd'hui la foi du charbonnier ne suffit pas ; il faudra donc l’approfondir afin de lui donner de bonnes bases et avoir des arguments solides pour pouvoir expliquer aux autres ce que nous croyons, et pourquoi nous croyons.

c) L'amour déplace des montagnes. Si les enfants eux-mêmes se sentent aimés, ils comprendront que c'est l'amour des petits-enfants qui pousse les grands-parents à « se mêler » de l'éducation religieuse.

d) La précipitation, l'urgence, l'insistance, ne sont pas les méthodes les plus appropriées. Il convient d'être attentif à saisir le moment le plus opportun pour parler avec nos enfants et proposer notre aide dans cette tâche.

Il est très important que les grands-parents comprennent à quoi ressemblent les processus éducatifs, quelles sont les différentes étapes qu'une personne doit traverser et quel rôle doit être joué à chaque instant en tant que responsable de la famille.

Les processus éducatifs s'accompagnent de différentes étapes au cours desquelles la personne apprend, intériorise, accepte ou non, ce qui a été appris, et se forge progressivement sa propre personnalité, devenant la personne qu'elle décide d'être par elle-même, et lorsque le processus est terminé, il faut le respecter.

Dans la famille, le père et la mère commencent par être responsables de l’éducation, pour devenir plus tard la génération aînée, avec d'autres compétences différentes mais non moins importantes, de telle sorte que l'éducation proprement dite appartiendrait exclusivement aux parents et le complément de cette éducation pourrait incomber à la génération des aînés, c'est-à-dire aux grands-parents. C'est donc dans ce contexte que les grands-parents peuvent avoir une autorité plus que justifiée pour apporter leur « petite pierre » dans la transmission de la foi à leurs petits-enfants.

Certains grands-parents qui ont fait l’effort non seulement d’éduquer mais aussi de donner un exemple de vie et qui savent respecter leurs enfants en restant à leur juste place, sont dans des conditions optimales pour, avec le consentement de la famille, transmettre la foi. S’il n’y a pas consentement, les grands-parents ne doivent pas oublier ce qui a déjà été dit : il y a un temps pour éduquer et un temps pour respecter. Alors les grands-parents ne peuvent-ils rien faire ? Si, Si, et pas qu’un peu. Ils peuvent prier, offrir à Dieu ce qu’ils ne réussissent pas car Dieu peut tout faire.

Fina Pérez Sánchez-Osorio

Paroisse Santa Catalina de Alejandría (Madrid)

Extrait du journal « Tres pilares » N°222 de Vida Ascendente Espagne